1 message

Votre histoire se poursuit avec des écuelles, des théières, tout son bazar délicieux en terre cuite, des nénuphars lumineux, les mamelles de la France, le salaire de la peur et le sale air de leurs pores, les marchés potiers, les revues anciennes qu’on ne feuillette plus, le lierre qui grimpe au chênes, les petits chats des enfants bientôt grands, (les petits chats, les enfants c’est déjà fait), entre Bretagne et Limousin, les commandes sur internet, des nuées de galéruques des ormes que l’aspirateur n’en finit pas d’aspirer, la dictature de l’art contemporain, le bromure télévisuel. Votre histoire se hisse en haut de l’observatoire, silence on tourne et c’est la chute. Votre histoire commande des rognons de veau, un filet de sandre, des couches d’ozone pour les bébés écolos, des demis mousseux qui se prennent pour ta moitié, un tsunami de dentelles, une orgie de satin, une orgue de Satan, la sanctification de Thomas Hardy. Votre histoire compose avec l’ennemi, le numéro de téléphone d’Yves Artufel, la combinaison du coffre de l’A.C.L.R (*), un opéra au café, le rôle de ta vie, le participe passé. Votre histoire se dissous comme du Nescafé dans l’eau du Nil. Votre histoire s’assèche avec Jean Marais dans un jeu de mots vaseux. Votre histoire s’abrège avec la fin de la ruralité dans un monde furieux. Votre histoire s’achèvera avec des sumotoris qui ne font pas le poids.
(Considérations éthiques,extrait)

Jean AZAREL , Blauzac (FRANCE) . Envoyé le 23/01/2011




Déposer un message


Prénom ou Pseudo  
Email  (ne sera pas affiché sur mon site)
Pays   
Ville   
Site web
Message   
Adresse IP : 54.198.205.153
(*) champs obligatoires